Mar 11 DĂ©cembre 2018 - 00:00:00








Commercialisation des huiles végétales, Seuls 6 opérateurs sont en règle avec les normes
Mis en ligne le 23 Avr 2015 par, Administrateur

L’ANOR veut assainir le secteur en vue de répondre aux aspirations des consommateurs, de garantir leur santé et de préserver leur environnement. Arrivé au terme d’une enquête qui aura duré près de deux mois, le Directeur Général Charles Booto à Ngon a présenté les résultats aux journalistes ce 20 avril 2015 à Yaoundé.

C’est la salle de réunion de l’Agence des Normes et de la Qualité qui a abrité cette rencontre avec la presse nationale et internationale. Pour délivrer son message, le patron de l’ANOR s’est fait entouré du Dr Jean Blaise Mani et d’Emmanuel Chesami Mbah, respectivement directeur de la normalisation et directeur de la Promotion et de la Formation.

Il faut savoir que lors des rencontres sectorielles organisées  par cette agence de normalisation en fin d’année 2014, de concert avec le ministère du Commerce, il avait été demandé aux opérateurs de tous les secteurs d’activités de se rapprocher de l’ANOR pour la mise en conformité de leurs produits avec les normes et règlements en vigueur au Cameroun. Et lors du point de presse du 02 mars 2015, Charles Booto à Ngon avait annoncé une évaluation de la conformité des huiles végétales commercialisées au Cameroun dans le cadre de l’assainissement de ce secteur.

En présentant donc les résultats du travail effectué dans le secteur des huiles végétales produites ou distribuées sur le marché national, le Dg de l’ANOR a fait savoir à la presse que sur la vingtaine d’huiles végétales présentes sur le marché camerounais, seules six ont été certifiées conformes par l’Agence des normes et de la qualité. Parmi elles, deux huiles de palme raffinées produites localement - Azur et Mayor-, par deux entreprises membres de l’Association des Raffineurs des Oléagineux du Cameroun, ASROC. Les autres sont des marques importées - l’huile de soja raffinée Jadida, l’huile de tournesol raffinée Messidor, et  l’huile de soja raffinée Soleor et Sirpacam pour sa marque Beffrol.

Ces différentes huiles, il faut le souligner, ont reçu de l’ANOR, un certificat de conformité à la norme NC 77 portant un nom spécifique, enrichies en vitamine A pour la période allant de janvier 2012 à avril 2015. Pour les huiles végétales produites et commercialisées n’ayant pas reçu de certificat de conformité, l’ANOR, a précisé son Directeur Général, ne peut garantir la qualité. Charles Booto à Ngon a demandé à ceux qui traînent encore le pas de se rapprocher des services spécialisés de l’ANOR pour mettre leurs activités en conformité avec les normes nationales. Dans le cas contraire, ils pourraient avoir des surprises désagréables. Ceci n’est rien d’autre qu’un avertissement pour tous les autres secteurs. Et l’ANOR n’étant pas ce gendarme qui fait des descentes musclées dans les marchés, il ne restera plus qu’au ministère du Commerce de faire son travail.

Les Administrateurs adoptent le budget 2017 de l’ANOR

Mis en ligne le 04 Jan 2017

Il s’équilibre en recettes et emplois Ă  la somme de 4 milliards 623 millions 755 Fcfa et connait une diminution de plus de 20% par rapport…

Lire la suite »

Charles Booto à Ngon : « Les activités de normalisation sont encore embryonnaires en Afrique »

Mis en ligne le 28 Nov 2016

L’intĂ©gralitĂ© du discours prononcĂ© par le Directeur GĂ©nĂ©ral de l’Agence des Normes et de la QualitĂ© Ă  l’occasion de l’ouverture des travaux…

Lire la suite »

3ème édition de la Semaine Nationale de la Qualité, Charles BOOTO à NGON face à la presse

Mis en ligne le 22 Mar 2016

Le Directeur Général de l’Agence des Normes et de la Qualité, ANOR, a rencontré le lundi 21 mars 2016 dans un hôtel de la place à Yaoundé...

Lire la suite »


© Copyright 2018 - ANOR