Jeu 21 Septembre 2017 - 00:00:00







SENAQ 2016 : 13 recommandations pour un nouveau départ
Mis en ligne le 28 Avr 2016 par, Administrateur

A l’issue des exposés et des travaux en atelier organisés tout au long de cette 3ème édition, les participants ont recensé un chapelet de griefs qui entravent les chantiers de la normalisation au Cameroun. Ces insuffisances vont de la faible culture dans l’imprégnation des notions de norme et de qualité à l’absence de moralité et d’éthique des populations.

Pour ratifier le tir, un certain nombre de recommandations ont été faites par les experts. Si ces dernières sont appliquées, elles apporteront un saut qualitatif important dans la voie qui mène vers l’émergence du Cameroun à l’horizon 2035.

Placée sous le Haut patronage du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, la 3ème édition de la Semaine Nationale de la Qualité (SENAQ 2016) s’est tenue du jeudi 21 au samedi 23 avril 2016 à la Maison du Parti de Bonanjo à Douala, sous la présidence effective du Ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement Technologique.

L’édition 2016 de la Semaine Nationale de la Qualité s’articule autour d’une réforme majeure de portée structurelle et nationale pour l’économie et la société camerounaise à savoir : le « Programme d’Evaluation de la Conformité Avant Embarquement (PECAE) des marchandises importées en République du Cameroun » institué par décret n°2015/1875/PM du 01er Juillet 2015.

Cette édition de la SENAQ dont le thème est intitulé « Normes et Evaluation de la conformité au cœur des stratégies de création des richesses et d’emploi » permettra de promouvoir le partenariat public-privé-société civile, en vue d’un déploiement consensuel et efficace de la politique de l’ANOR relative à l’Evaluation de la Conformité de manière générale.

Les activités de la SENAQ se sont déroulées autour d’une part, des activités préparatoires et d’autre part, du Forum Qualité, parallèlement à l’exposition des entreprises au Village de la Qualité.

Nous, participants à la SENAQ 2016, à l’issue des exposés et des travaux en atelier, avons constaté :

  1. Une faible culture en matière de normalisation ;
  2. Une prise de conscience progressive de l’importance des questions de normalisation et de qualité tant dans les administrations publiques que privées ;
  3. Une insuffisance de compétences dans les domaines de la normalisation et de la métrologie ;
  4. Une insuffisance de formations proposées sur les questions de normes et de métrologie ;
  5. Une faible collaboration entre les structures en charge de la qualité et de la métrologie et les universités ;
  6. Une absence de statistiques des entreprises certifiées ;
  7. Une insuffisance des moyens nécessaires à la mise en place de la démarche qualité ;
  8. Une Confusion dans la répartition des rôles des parties engagées dans le suivi de l’application des normes ;
  9. Une absence de moralité et d’éthique des populations camerounaises.

Par conséquent, recommandons de:

  1. s’approprier et vulgariser le PECAE au sein des Administrations Publiques et parapubliques, les organismes du secteur privé, les organisations de la société civile, les groupements interprofessionnels et les chambres consulaires ;
  2. mettre à la disposition de tous les pays principaux pays partenaires commerciaux du Cameroun, le PECAE ;
  3. rendre opérationnel le PECAE dès le début du mois de juillet 2016 ;
  4. Multiplier les lieux de sensibilisation et de promotion de la démarche qualité en vue d’une excellence opérationnelle ;
  5. Développer et mettre à la disposition des secteurs public et privé, des outils d’information, de soutien et d’accompagnement pour la mise en œuvre de la démarche qualité ;
  6. Orienter davantage les sensibilisations, vers les décideurs et les consommateurs outre celles qui sont faites à l’endroit des opérateurs économiques ;
  7. renforcer les compétences des acteurs de la normalisation ;
  8. introduire des modules de formation sur la normalisation dans le système éducatif ;
  9. Mettre à jour régulièrement, le fichier qualité des entreprises ;
  10. Rendre opérationnelle l’antenne ANOR de Douala ;
  11. Doter l’ANOR des infrastructures tant sur le plan opérationnel qu’analytique pour l’exercice de ses missions ;
  12. Sensibiliser les opérateurs économiques à la nécessité de participer aux travaux des comités techniques d’élaboration des normes pour la prise en compte de leurs préoccupations ;
  13. Adapter la loi sur la normalisation aux exigences de la modernité qui tient compte de tous les piliers de l’infrastructure qualité, sous réserve du processus actuellement en cours.

Fait à Douala le 23 avril 2016.

130ème édition de la fête du travail : Le personnel salue les réformes du Directeur Général

Mis en ligne le 09 Mai 2016

Après un passage très remarquĂ© au Boulevard du 20 mai, les employĂ©s de l’Agence des Normes et de la QualitĂ© ont poursuivi leurs festivitĂ©s…

Lire la suite »

Délivrance des certificats de conformité, une batterie de mesures pour renforcer la transparence

Mis en ligne le 13 Avr 2015

Il s’agit d’un ensemble de dispositions visant Ă  consolider le dispositif sĂ©curitaire de mise sur le marchĂ© des produits destinĂ©s Ă  la conso…

Lire la suite »

Forum-débat national pour la promotion de la qualité

Mis en ligne le 27 Jui 2012

Il est portĂ© Ă  la connaissance des experts nationaux, sous-rĂ©gionaux et internationaux, les chefs d’entreprises et institutions publiques qu…

Lire la suite »


© Copyright 2017 - ANOR